EUROBABEL – PRIX NATHAN KATZ DU PATRIMOINE

Accueil > ACTUALITÉS > DANIÈLE ROBERT, Lauréate 2012 du PRIX DE TRADUCTION NELLY SACHS

DANIÈLE ROBERT, Lauréate 2012 du PRIX DE TRADUCTION NELLY SACHS

  Le Prix de Traduction Nelly Sachs 2012 (prix associé) est décerné à DANIÈLE ROBERT pour sa traduction et son édition critique des Rime, du poète florentin Guido Cavalcanti (né vers 1250 et mort en 1300), que Dante appelait « le premier de mes amis ».
 Danièle Robert a reçu en 2003 le Prix Laure Bataillon classique pour la traduction des Écrits érotiques d’Ovide (Actes Sud) et en 2007 le Prix Jules Janin de l’Académie française pour la traduction de Lettres d’amour, lettres d’exil d’Ovide (Actes Sud). Elle est l’auteur d’une anthologie consacrée aux lyriques latins (Action poétique, 1990) et de deux ouvrages publiés aux éditions Le temps qu’il fait : un essai sur Billie Holiday, Les Chants de l’aube de Lady Day (1993. Rééd. : Montréal, Éditions Triptyque, 2002 ) et un récit, Le Foulard d’Orphée (1998). Elle est en outre coauteur (avec Clifford A. Hull, Steven R. Perkins et Tracy Barr) de Le Latin pour les nuls (First, 2008).
 Elle a collaboré à de nombreuses revues, parmi lesquelles Critique, Europe, Action poétique, L’Âne, Il particolare, Jazz Magazine, Diapason, Les Lettres françaises et Le Magazine littéraire. Avec Jean-Pierre Cometti et Christian Tarting, elle a fondé et anime les éditions Chemin de ronde qui se consacrent à l’esthétique, la philosophie, la littérature italienne et aux musiques de jazz.
 De l’italien elle a traduit : Pier Giorgio Morerio, La Mémoire d’une attente (poèmes), Panormitis, 1996 • Rosalba Galvagno, Les Voyages de Freud en Grande Grèce, Panormitis, 1998 • Enrico Pieranunzi, Bill Evans. Portrait de l’artiste au piano, Rouge Profond, 2004 • Michele Tortorici, La Pensée prise au piège (poèmes), Vagabonde, 2010 • Mario Cavatore, Le Geste du semeur (roman), chemin de ronde, 2011.
 Elle a également traduit du latin : Ovide, L’Art d’aimer, La Différence, 1991 • Cicéron, Devant la mort (première Tusculane) Arléa, 1991 • Cicéron, Devant la souffrance (deuxième et troisième Tusculanes), Arléa, 1991 • Ovide, Les Métamorphoses, Actes Sud, 2001 • Ovide, Écrits érotiques, Actes Sud, 2003 • Catulle, Le Livre de Catulle de Vérone, Actes Sud, 2004 • Ovide, Lettres d’amour, lettres d’exil, Actes Sud, 2006. 
 Elle a traduit d’autres ouvrages de l’espagnol et de l’anglais, notamment l’œuvre poétique complet de Paul Auster.
 Le Prix de Traduction Nelly Sachs est attribué à l’occasion de la parution aux éditions Vagabonde de Rime de Guido Cavalcanti, traduit de l’italien, présenté et annoté par Danièle Robert. « Sans connaître Dante, Guido Cavalcanti ou Villon, écrivait Ezra Pound, personne ne peut juger des sommets atteints par certaines catégories de l’écriture. » On connaît désormais Guido Calvalcanti en français grâce à la belle traduction de Danièle Robert.