EUROBABEL – PRIX NATHAN KATZ DU PATRIMOINE

Accueil > ACTUALITÉS > ÉCRIRE L’ALSACE : « Avec Émile Storck », mars-novembre 2013

ÉCRIRE L’ALSACE : « Avec Émile Storck », mars-novembre 2013

 Deuxième cycle de ÉCRIRE L’ALSACE : « Avec Émile Storck (1899-1973) », à l’occasion de la première traduction en français de cette œuvre majeure de la littérature dialectale du XXe siècle, sous la direction de Jean-Paul Sorg et en collaboration avec le Cercle Émile Storck.
 Émile Storck et Nathan Katz ont reçu en 1966 à Freiburg l’Oberrheinische Kulturpreis. Deux poètes représentatifs de l’humanisme rhénan, appartenant l’un et l’autre à cette génération qui dut traverser deux guerres mondiales et changer de nationalité. Scolarisés dans la langue allemande, devenus citoyens français, ils firent tous deux le choix d’écrire en dialecte alsacien, se résignant à n’être lus que d’un public limité. Si Émile Storck, mort en 1973, n’a pas vu la renaissance de la culture alsacienne, son ami Nathan Katz sera salué par le héraut de la nouvelle génération, André Weckmann, comme « notre père à tous » et auréolé d’une soudaine gloire. 
 L’intégralité de l’œuvre dialectale de Nathan Katz a été publiée en édition bilingue en 2001-2003. Celle d’Émile Storck est restée méconnue. Pourtant Katz n’avait-il lui-même affirmé qu’elle était plus « forte » que la sienne ? Cette injustice est aujourd’hui réparée : la traduction réalisée par le Cercle Émile Storck permet de découvrir une écriture aussi personnelle que savante, ainsi qu’une langue aux immenses ressources. Les poèmes de Storck donnent à entendre ce que la langue alsacienne aurait pu devenir. Inapte à la comédie sociale, Storck n’avait d’autre joie que de courir les forêts et les prés de sa vallée : plantes, oiseaux, insectes n’avaient pour lui pas de secret. Sa grande passion allait aux papillons, dont il était devenu un spécialiste et qu’on retrouve dans maints poèmes, voletants, éclaboussants de couleurs.
 Resté célibataire, Storck s’éteignit dans la maison paternelle. Tout près demeurait son aîné Joseph, agrégé d’allemand comme lui, devenu maire de Guebwiller en 1971. Les temps n’étant pas propices, manuscrits et collections furent dispersés. Joseph mourut en 1989. Ce qu’il avait fait en Limousin, pendant la guerre, pour sauver des enfants juifs n’a pourtant pas été oublié : en 1998 lui a été conféré le titre de Juste parmi les Nations. Il faut espérer que la postérité fera aussi mémoire de son cadet, le poète Émile Storck. 
 Tout un cycle de manifestations a été conçu à cette fin dans le cadre d’« Écrire l’Alsace » sous la direction de Jean-Paul Sorg et Catherine Fouquet.  
 1) Mardi 19 mars 2013, 19 h 30 :
GUEBWILLER. Médiathèque de Guebwiller. Inauguration de l’exposition Émile Storck. Avec Jean-Paul Sorg, Richard Ledermann et Daniel Muringer, mise en musique et interprétation de textes de Storck
 2) Samedi 30 mars 2013, 15 h : GUEBWILLER. Maison de la presse. Présentation et signature du livre Par les fossés et les haies. Avec Richard Ledermann, Président du Cercle Émile Storck, et les membres du Cercle.
 3) Jeudi 4 avril, 15 h : MULHOUSE. Lycée Lambert. Avec Jean-Paul Sorg, Martine Blanché, auteur d’une thèse sur le théâtre d’Émile Storck et Doris Gross, professeur d’allemand et de langue et culture régional
 4) Jeudi 11 avril, 18 h : MULHOUSE. Bibliothèque municipale. Hommage à Émile Storck. Avec Jean-Paul Sorg et Daniel Muringer, mise en musique et interprétation de textes d’Émile Storck
 5) Date à préciser : MULHOUSE. Université de Haute-Alsace. Avec Jean-Paul Sorg et Catherine Fouquet, professeur à l’Université de Haute-Alsace
 6) Date à préciser : STRASBOURG. Centre Culturel Alsacien. 
  7) Date à préciser : UFFHOLTZ. Abri-Mémoire.