EUROBABEL – PRIX NATHAN KATZ DU PATRIMOINE

Accueil > ACTUALITÉS > LE CHEF-D’ŒUVRE DE NATHAN KATZ,ANNELE BALTHASAR, ENFIN TRADUIT

LE CHEF-D’ŒUVRE DE NATHAN KATZ,
ANNELE BALTHASAR, ENFIN TRADUIT

samedi 31 mars 2018

ANNELE BALTHASAR, DE NATHAN KATZ, EST PUBLIÉ ET REPRÉSENTÉ EN 1924. Le succès est immédiat et se reproduira à chaque nouvelle mise en scène de la pièce. Ici aucune facilité, aucun pittoresque. Une écriture forte et nue. Un thème grave et universel : l’intolérance, l’exclusion, la persécution.

C’est une femme qui en est la victime, comme tant d’autres le furent : on estime à quelque 100 000 personnes – bien sûr, en grande majorité, des femmes – le nombre des victimes de la chasse aux sorcières.

Nathan Katz s’est directement inspiré du procès d’Anna Balthasar qui a réellement eu lieu, à Altkirch en 1589, et décrit avec une parfaite justesse la terrible mécanique qui, à partir d’une simple dénonciation, fait enfler la rumeur, extorque les aveux et condamne à la mort. Cette chasse aux sorcières, ce n’est pas au Moyen Âge qu’elle a eu lieu, c’est à l’époque de Descartes : elle atteint son apogée aux XVIe et au XVIIe siècle (la dernière « sorcière » est exécutée en Suisse en 1782). Ce n’est plus alors l’Église qui la mène, ce sont les États : ce ne sont pas des inquisiteurs qui jugent Annele Balthasar, mais les magistrats d’un tribunal civil. Plus grave encore : ces politiques de terreur s’appuient sur une large adhésion populaire.

On le voit, la chasse aux sorcières ne relève pas d’un lointain passé. Si personne n’imagine plus aujourd’hui des femmes forniquant avec des démons, l’obscurantisme, le fanatisme, le machisme sont toujours là et la désignation de « boucs émissaires » reste un instrument privilégié des dictatures. En cette même année 1924 où Nathan Katz faisait représenter son Annele Balthasar, à 300 kilomètres de là, dans la prison de Landsberg Adolf Hitler rédigeait Mein Kampf, qui désignait à la vindicte publique non plus les possédées du diable, mais tous les juifs.

« Katz aime les hommes et les plaint, écrivait Guillevic en 1930, il aimerait qu’ils changent et, comme il est bon, il espère en leur perfection. […] Je crois que Rilke l’aurait beaucoup aimé, lui qui aimait les choses et l’humilité. Il est très grand, et les enfants des imbéciles contemporains le sauront dans quelque dix ans. » Treize ans plus tard, sur la carte d’identité française de Katz seraient apposés quatre caractères d’un centimètre de haut : « Juif ».