Logo prix européen de littérature

LE PRIX JEAN ARP DE LITTÉRATURE FRANCOPHONE

2016

Petr KRÁL

République Tchèque

Petr Král est né à Prague en 1941. Il fréquente le groupe surréaliste tchèque de Vratislav Effenberger, mais quitte en 1968 son pays natal pour Paris où, à la suite de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques en août de la même année, il s’installe complètement. Comme son aîné Milan Kundera, il trouve dans le français une seconde langue et dans la culture française une patrie d’adoption. Son œuvre est ainsi double, tchèque puis française, tchèque et française. Préfaçant un livre de Petr Kral, Milan Kundera écrivait : « Savoir regarder, savoir s’étonner des moindres faits quotidiens, ceux que l’on ne voit pas, que l’on ne voit plus : telle est la démarche de Petr Král. »

Auteur d’essais remarquables, comme sa recherche sur Le Burlesque (1984), traducteur de la littérature tchèque (La Poésie surréaliste tchèque et slovaque en 1973, La Poésie tchèque moderne, 1990), Petr Král est avant tout poète. « Écrire, note Alain Roussel, est pour Petr Král, une façon de marcher. C’est un poète de la présence, dans sa façon d’être, de vivre, de voir. La métaphysique qu’il revendique, d’une mélancolie rieuse, ne se situe pas au-delà de la réalité, mais se révèle en elle par des signes à peine visibles qu’il faut apprendre à lire, ce qui nécessite toute une préparation intérieure. » En 2006, Petr Král, sans rompre ses liens intimes avec la France et le français, est retourné vivre en République tchèque. Un ouvrage a été consacré, par les soins de Pascal Commère, dans la collection « Présence de la poésie » à l’ensemble de l’œuvre de Petr Kral (éd. des Vanneaux, 2014).

BIBLIOGRAPHIE

POÉSIE
Routes du Paradis, lithographies de Jean-Philippe Domecq, Bordas, 1981 ; & Cie, Collection Inactualité de l’Orage, 1982 ; Du gris nous naissons, Collection Inactualité de l’Orage, 1982 ; Pour une Europe bleue, Arcane 17, 1985 ; Témoins des crépuscules, Champ Vallon, 1989 ; Sentiment d’antichambre dans un café d’Aix, P.O.L., 1991 ; Le droit au gris, Le Cri, In’hui, 1994 ; Arsenale, Arcane 17 / MEET, 1994 ; Quoi ? quelque chose, Obsidiane, 1995 ; La Vie privée, Belin, « L’Extrême contemporain », 1998 ; Le Poids et le frisson, Obsidiane, 1999 ; Pour l’ange, Obsidiane, 2007.

PROSE
Christian Bouillé, Kerckerinck, 1979 ; Le Burlesque ou Morale de la tarte à la crème, Stock, 1984 ; Les Burlesques ou Parade des somnambules, Stock, 1986 ; Jaroslav Seifert : Les danseuses passaient près d’ici, Actes Sud, 1987 ; Prague, Champ Vallon, 1987 et 2000 ; Prague, 1968, Centre national de la photographie, 1990 ; Fin de l’imaginaire ou Au-delà des avants-gardes, Ousia, 1994 ; Le Dixième, Éditions du mécène, 1995 ; Aimer Venise, Obsidiane, 1999 ; Notions de base, préface de Milan Kundera, Flammarion, 2005 ; Enquête sur des lieux, Flammarion, 2007 ; Vocabulaire, Flammarion, 2008 ; Cahiers de Paris, Flammarion, 2012.

TRADUCTIONS
La Poésie surréaliste tchèque et slovaque, Gradiva, 1973 ; Le Surréalisme en Tchécoslovaquie, Gallimard, 1983 ; La Poésie tchèque moderne, Belin, 1990 ; La Poésie tchèque en fin de siècle, Sources, 2000 ; Anthologie de la poésie tchèque contemporaine, Gallimard, 2002.